17 novembre 2008

Gustave Moreau (1826-1898)

sappho_death2_moreau

« Je ne crois ni à ce que je touche ni à ce que je vois,

Je ne crois qu’à ce que je ne vois pas

Et uniquement  à ce que je sens.

Mon cerveau, ma raison, me semblent éphémères

et d'une réalité douteuse ;

mon sentiment intérieur seul me parait éternel

et incontestablement certain. »

.

1gv6

 

.

MOREAU_2salome1

Posté par 6billine à 16:17 - - Commentaires [4] - Permalien [#]


Commentaires sur Gustave Moreau (1826-1898)

    croire à l'intime, pour un artiste c'est une question de survie, je suppose.
    Ma préférence va à la première toile. J'aime ce coucher de soleil somptueux, c'est l'espoir d'un autre lendemain.

    Posté par fabeli, 17 novembre 2008 à 21:34 | | Répondre
  • notre ressenti intérieur, plus fiable que nos sens; l'essence plutôt que les sens...

    Posté par mimik, 18 novembre 2008 à 22:16 | | Répondre
  • Ah ! ... voilà un peintre que j'adore. Ses tableaux inspirés par la mythologie sont des rêves, amour, lumière et mystère.

    bONNE JOURN2E

    Posté par nicole, 21 novembre 2008 à 13:34 | | Répondre
  • Sommes nous toujours à l'écoute de notre petite voix intérieure qui pourtant est un guide essentiel sur notre chemin

    Posté par arlette, 10 janvier 2009 à 17:50 | | Répondre
Nouveau commentaire